Imprimer

Le commerce des porcs au Canada


Les producteurs de porc gèrent leurs fermes de façon indépendante, mais collaborent avec leur agence provinciale de commercialisation du porc afin d'assurer une mise en marché ordonnée et efficace. À quelques exceptions près, ces agences ont la responsabilité de vendre le porc de marché dans leur province respective. Elles sont sous le contrôle direct et exclusif des producteurs de porcs, et elles ne réglementent pas l'offre.

L'encan électronique, qui est un des principaux mécanismes de vente des porcs au Canada, est en réalité un système de découverte des prix avec enchère pour des lots de porcs vivants. Basé sur l'offre et la demande, c'est un système rapide, efficace, neutre et compétitif où un lot (environ 200 porcs) peut être vendu en environ 30 secondes. Dans certaines provinces, les variantes comprennent une formule de prix, des enchères scellées, des commandes directes et sont basées sur les prix pratiqués sur les principaux marchés. Les agences de commercialisation paient les producteurs pour le poids de la carcasse non débitée.

La raison principale, qui a amené la production de porcs de plus en plus maigres au Canada, s'avère être la méthode de classement et de paiement des carcasses, qui depuis 1968, a permis de mettre en place, sur une base nationale, des catégories uniformisées de poids et de teneur en maigre. Instaurée depuis plusieurs années, la méthode est obligatoire et appliquée sur place dans chaque abattoir. La méthode classe les carcasses par indices qui sont fonction de la mesure du gras dorsal sur les demi-carcasses et sur le poids des carcasses encore chaudes avec la tête, les reins, la panne et les pieds. Le but de cette méthode est de mesurer le rendement en viande des carcasses. En tant que tel, l'indice est le facteur par lequel on ajuste le prix moyen du marché pour payer les producteurs pour la valeur relative de chaque carcasse. La méthode, qui est réputée être juste, impartiale et neutre, encourage la production de porc de meilleure qualité.

En 1986, le Canada fut un des premiers pays à mettre en place une méthode nationale de classement des carcasses qui fait appel à une sonde électronique qui évalue les carcasses sur la base de mesures objectives du gras et du tissu musculaire. L'emploi de la sonde électronique a eu comme résultat d'améliorer la précision du classement et de réduire les variations entre les carcasses.

Plus récemment, on a réduit le nombre de catégories de poids et de rendement dans la table nationale des indices en insistant sur la teneur en maigre et les porcs dont le poids se situent entre 75 et 90 kg. Ceci incite les producteurs à mettre en marché des porcs qui, non seulement tombent dans cet éventail de poids, mais correspondent aussi aux attentes des consommateurs de pouvoir se procurer du porc plus maigre. Historiquement, le système d'indices a été élaboré pour amenuiser les variations dans la qualité du porc et pour fournir aux producteurs un signal quantitatif cohérent quant aux caractéristiques privilégiées par un marché en évolution. Même s'il est complètement objectif, il est quand même influencé par les besoins du marché intérieur et les demandes des acheteurs étrangers. Étant donné que les besoins des clients se diversifient, des variantes de la table nationale ont été adoptées dans les provinces en fonction des abattoirs.


Design web par Egzakt
Dernières modifications : 2017/10/19